Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rachel Monnat / Accrosens

Rachel Monnat / Accrosens

Parler simplement de vie, de sexualité


Femme désirée, femme désirante de Dr Danièle Flaumenbaum

Publié par Rachel Monnat sur 24 Février 2016, 16:24pm

Catégories : #livres, #femme

Femme désirée, femme désirante de Dr Danièle Flaumenbaum

Un livre qui nous amène la réflexion sur la transmission de la sexualité de la mère à la fille et de l’importance du désir et du plaisir de la femme.
Dr Danièle Flaumenbaum pense que la majorité des femmes souffrent de ne pas avoir une vie sexuelle satisfaisante. Le problème n’est pas que nous n’en parlions pas assez dans les médias ou dans le domaine médical, mais qu’il n’y a pas de transmission de génération en génération, de mère à fille. Que l’arrivée de la pilule, qui pensait-on libérerait du souci de l’acte sexuel lié à la reproduction, n’a pas été satisfaisante, comme on le pensait.
On transmet entre les générations le plaisir de devenir mère, mais pas le plaisir d’être femme et d’avoir une belle vie sexuelle.
Et que toutes les inconvenances liées aux sexes (mycose, cystite, douleurs menstruelles, anesthésie ou douleur à la pénétration…) sont liées à un manque d’énergie sexuelle, ou au contraire à trop d’énergie sexuelle non véhiculée.

«…leur corps de femme n’est pas « invaginé » : il ne s’est pas constitué en creux pour créer un appel intérieur. Il reste donc impénétrable comme celui d’une petite fille qui n’a jamais pu imaginer le rôle que joue le sexe de l’homme dans le plaisir d’être une femme. La pénétration n’a pas pu s’intégrer comme le passage vers la découverte et l’exploration d’un voyage intérieur, et encore moins d’une percée sur l’éternité.
La méconnaissance de la dimension énergétique de la sexualité lui donne alors un côté purement mécanique. Au lieu de créer une union des corps d’énergie, les sexes ne savent pas échanger leur puissance vibratoire, ce qui fait que le contact frotte en pouvant soit échauffer ou brûler la vulve, soit l’anesthésier quand la femme s’absente d’elle-même. La frustration qui en ressort est aussi grave que dangereuse, car elle fait que les corps de l’homme et de la femme se retrouvent enfermés dans une « Cocotte-Minute », ou pire : dans une tombe. Cette fermeture conduit les femmes à l’hystérie ou à l’inertie et les hommes à la violence ou à l’apathie. »

Elle encourage à aller voir dans l’héritage pour chercher les nœuds et les répétitions qui se sont créées. Elle encourage à ce qu’on dise à son enfant, de façon authentique, si on a su avoir ou non une belle sexualité ou si on espère qu’elle trouvera sa voie en tant que femme.

« Reste maintenant à comprendre qu’entre l’homme et la femme, la place de chacun se découvre dans la compénétration des sexes à l’intérieur du corps de la femme, c’est-à-dire anatomiquement dans son vagin, mais énergétiquement dans son utérus. Ce dernier est en effet un organe qui n’est pas seulement destiné à la reproduction, il constitue la matrice énergétique de sa propre construction et de celle de l’autre. C’est l’organe central dans la jouissance féminine, le creuset alchimique de la rencontre des énergies féminines et masculines de soi-même et de l’autre. »

« L’amour est revitalisant et donc thérapeutique si la compénétration des sexes est une rencontre tout à la fois physique, énergétique, émotionnelle et psychique. Lorsque la femme sent son vagin vibrer au contact du sexe de l’homme, elle perçoit cette vibration comme une autre vie en elle qu’elle accueille, qu’elle aime et qui l’anime. »

« Femme désirée, femme désirante » de Dr Danièle Flaumenbaum, éditions Payot et Rivages, 2006

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents