Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rachel Monnat / Accrosens

Rachel Monnat / Accrosens

Parler simplement de vie, de sexualité


La princesse qui croyait aux contes de fées de Marcia Grad

Publié par Rachel Monnat sur 3 Juillet 2016, 11:21am

Catégories : #livres, #la vie

La princesse qui croyait aux contes de fées de Marcia Grad

J’avoue qu’en entamant ce livre, j’étais un peu sceptique. Le titre me paraissant un peu léger. Il faut dire que, quand j’entends le mot « princesse », cela m’énerve, car ça me fait penser à des histoires de filles et j’aime les choses « unisexe ». Puisque je n’aime pas les catégories !

J’ai été surprise en bien… Ce livre avec son côté « conte de fées » nous emmène dans un roman captivant où de la quête d’une jeune fille, qu’on a nommée princesse, recherche le bonheur de vivre. Ce texte est plein d’images bien frappantes.

Plus je lis ce genre de livres… plus je me dis que la vie est simple, il suffit juste de regarder et d’apprécier ce qui est. Parfois c’est le déclic qui prend du temps !

Je vais juste citer les citations en conclusion du bouquin :

I Nous sommes, d’abord et avant tout, les enfants de l’univers. Nous sommes des êtres accomplis, beaux et parfaits dans chaque détail puisque nous sommes tels que l’Infini nous a conçus. En conséquence, nous sommes, de par notre nature même, dignes de respect et d’amour et il est de notre devoir de ne rien accepter d’autre.

II De même que chaque goutte d’eau contient l’océan, nous contenons toute la vie. De même que l’océan va et vient avec le flux et le reflux des marées, nous allons et venons avec le flux et le reflux de la vie. Nous devons accepter que la seule constante de la vie soit le changement et que tout soit comme il doit être, même si nous ne comprenons pas pourquoi.

III Au sein de la faiblesse réside la force qui ne demande qu’à se manifester. Au cœur de la douleur se trouve le plaisir qui ne demande qu’à s’épanouir. Et c’est au milieu même des obstacles du chemin que se trouvent les occasions de réussir. Sachons nous montrer reconnaissants pour que tout ce que ces choses nous enseignent.

IV Nous faisons partie d’un grand dessein dont nous ne saurions être maîtres. Chaque être et chaque chose ont leur place dans ce grand dessein et une raison d’exister.

V L’expérience n’est pas toujours synonyme de vérité car elle est colorée par le regard de chacun. C’est dans le silence de notre esprit que nous entendons la vérité. La douce voix qui parle à notre cœur dans un murmure est celle du Créateur qui se manifeste en nous et essaie de nous faire prendre conscience de notre vraie nature, de ce que nous sommes appelés à être et que nous savons déjà.

VI Chaque instant est un bouquet de nouvelles possibilités. Chaque jour est comme un fruit qui attend qu’on le cueille. Toujours et encore nous moissonnerons la récolte et prendrons notre part d’abondance sans la gâcher car tout ce qui existe est précieux. Et tout ce qui est deviendra trop vite ce qui était.

VII Quand nous avançons sur le chemin de la vérité, nous sentons couler en nous la beauté et la perfection de ce que nous sommes, de ce que sont les autres et de tout ce qui est. Nous avons choisi la voie de la douceur, de la bonté, de la compassion, de l’acceptation et de la gratitude. Ces sentiments comblent notre esprit. Et cette plénitude d’esprit engendre l’amour dans notre cœur. Et c’est l’amour dans notre cœur qui engendrera l’amour dans notre vie.

VIII Quand nous avançons sur le chemin de la vérité, prenons toujours garde à ce que ce qui est en nous soit plus important que ce qui se trouve derrière ou devant nous. Car ce qui est en nous est le plus grand des trésors, c’est la magnificence de l’univers.

"La princesse qui croyait aux contes de fées" de Marcia Grad, Editions Ambre, 2006

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents