Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rachel Monnat / Accrosens

Rachel Monnat / Accrosens

Parler simplement de vie, de sexualité


Chaplin, le grand artiste, sage et joyeux!

Publié par Rachel Monnat sur 11 Juin 2017, 17:08pm

Catégories : #la vie

Chaplin à différents âges, photos qui se trouve dans la chambre à coucher de celui-ci au musée Chaplin World

Chaplin à différents âges, photos qui se trouve dans la chambre à coucher de celui-ci au musée Chaplin World

Je suis absente depuis un petit moment! Avec la chaleur de ces temps-ci, je préfère déménager des meubles que de m'installer à mon bureau pour écrire. La chaleur ralentit mon cerveau!
Sans compter qu'au mois de juin, on a l'impression de vivre une fin du monde avant l'été! Même si je n'ai pas à me plaindre entre le travail et les fêtes qui fleurissent partout.


Du coup, je reviens avec un autre grand artiste, un artiste que j'admire, un exemple de vie.

Charlie Chaplin est non seulement un grand comédien, réalisateur, scénariste, producteur et compositeur. Mais, il a en plus, ce sourire, cette joie qui transparaît dans toutes ces photos et à tous les âges. Il est un grand artiste, mais aussi un grand sage joyeux! Et moi, je suis tout en émoi devant ce personnage autant dans sa vie professionnelle que privée. La vie semble être un jeu pour lui... et je crois qu'elle l'est réellement.
Il a vécu des moments difficiles où il a été interdit de retourner aux Etats-Unis alors qu'il devait faire juste un aller-retour en Grande-Bretagne durant l'année 1952. Il n'en a pas fait un drame, il a juste cherché un endroit qui l'accueillerait et c'était la Suisse, Corsier sur Vevey, là où se situe le musée "Chaplin World"! Là, où j'ai passé 5 heures à m'imbiber de ce personnage... un lieu magique!
J'en profite pour y tirer quelques citations.

J'aime bien celle-ci où il ne cherche pas à avoir la dernière technologie mais la simplicité sert, parfois davantage au contenu. Cela me fait pense à notre société où parfois on veut trop en faire et on en oublie, la base, l'essentiel:

 

A partir du Dictateur, Chaplin utilise fréquemment une grue pour ses mouvements – discrets- de caméra. Celle-ci cadre sobrement les personnages dans le seul but de servir le récit. Il écrira : « Je suis étonné que certains critiques jugent ma technique dépassée. Elle est le résultat d’une réflexion d’une logique et d’une approche qui me sont propres et n’appartiennent à aucun autre. Si les artistes devaient s’efforcer de rester dans l’air du temps, alors Rembrandt ne vaudrait rien à côté de Van Gogh ».

http://www.chaplinsworld.com/

Celle-ci le rend si humain:

« La première fois que j’ai vu Hitler avec sa petite moustache, j’ai cru qu’il voulait m’imiter et profiter de mon succès écrira Chaplin. « C’est dire combien j’étais égocentrique ! »

Le Dictateur est un film extraordinaire et avant-gardiste, il joue Hitler. Ce film a été tourné en 1940, on ne connaissait de loin pas toutes les facettes de cet homme et on dirait que Chaplin a tout compris avant que le peuple ne le comprenne! C'est impressionnant!

Au début du tournage du Dictateur, Chaplin se demande comment jouer Charlot, puisque le personnage ne parle pas. « Et puis, soudain, j’ai trouvé la solution. C’était l’évidence même ! Dans la peau d’Hitler, je pouvais haranguer les foules dans un jargon incompréhensible être aussi volubile que je le voulais. A l’inverse dans celle de Charlot, je pouvais rester à peu près silencieux ».
Chaplin visionne de nombreux films d’actualité sur Hitler pour s’imprégner de sa rhétorique et de sa gestuelle. Le voyant prendre tendrement un enfant dans ses bras, Chaplin affirmera : « Cet type est l’un des plus grands acteurs que j’aie jamais vus. »

Ceci est une citation tirée du musée qui montre les facettes de son personnage Charlot! Il nous tire autant les larmes que le rire. Il passe d'un personnage drôle à un personnage émouvant... Mon film préféré est Les temps modernes de nouveau un film où il est avant-gardiste!

Que Charlot soit vagabond, agent de police (Charlot policeman) ou pompier (Charlot pompier), faux comte (Charlot et le comte) ou homme des cavernes (Charlot nudiste), jeune coquette (Mam’zelle Charlot) ou soldat (Charlot soldat), boxeur (Charlot boxeur) ou éboueur (les lumières de la ville), prisonnier (les Temps modernes) ou pasteur (Le Pèlerin), il n’en conserve pas moins la maladresse, l’irrévérence, le non-conformisme, le romantisme, l’esprit de rébellion, mais aussi la noblesse et la dignité qui le caractérisent. Ces attributs demeurent quel que soit le costume qu’il endosse.

http://www.chaplinsworld.com/

Une phrase que j'aimerais dire... enfin que je dis souvent : "Je vais là où le vent me mène".

La santé fragile l’empêchera de mener à terme ce projet. Dans ses dernières années, il trouve la paix et la sérénité au bras d’Oona. « La solitude de la vieillesse n’a rien de tragique à mes yeux », écrit-il. « Je ne changerais strictement rien à ce que la vie m’a réservé. Je vais où le vent me porte. »

Pour finir, je mets le texte de Kim et Alison Mc Millen que Chaplin a lu pour son 70e anniversaire, un petit bijou.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents