Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rachel Monnat / Accrosens

Rachel Monnat / Accrosens

Parler simplement de vie, de sexualité


Le BDSM pour les nuls

Publié par Rachel Monnat sur 8 Juin 2015, 15:09pm

Catégories : #sexualite

de Luis Royo

Le BDSM qui comprend les termes : BD : Bondage et Discipline SM : Sadisme et Masochisme DS : Domination-Soumission. Des mots bien sérieux ! Je ne suis pas une adepte du BDSM. Même si l’idée d’être soumise m’a effleurée plus d’une fois. Mes expériences sont restées pauvres dans le domaine, même si j’ai côtoyé plusieurs adeptes (surtout des dominateurs). J’aime en parler, mais j’ai toujours reculé pour la pratique !

J’ai lu « Cinquante nuances de Grey » et cela me dérange aussi. La fille souffre, elle n’aime pas les pratiques de Monsieur Grey, mais elle est obnubilée par lui et n’arrive pas à dire « non »! Le dominateur reste un contrôlant-dominateur dans la vie de tous les jours alors que cela devrait, resté, à mon goût un jeu. Du coup, le BDSM prend un caractère si sérieux. Dans le livre de « La révolution du plaisir féminin » de Élisa Brune, elle nous raconte dans un chapitre, un cours d’éducation sexuelle pour adulte donné à Los Angeles (et oui, ça existe chez eux !) sur le thème du BDSM pour les débutants.

Ce chapitre m’a bien fait rire, car l’éducatrice est ludique et drôle. Elle raconte ses expériences en tant que dominatrice et soumise avec de la gaieté, du dynamisme et fais des démonstrations dans la bonne humeur. Et ce que le public en retient, c’est de l’amusement !

Pour moi, c’est la révélation. Le BDSM s’est un jeu sympathique !

Voici mes conclusions sur le BDSM :

  • C’est clairement un jeu, il y a un début et une fin.
  • Il est important de tester les deux, soumis et dominateur, même si on a une préférence pour l’un ou pour l’autre. C’est important de comprendre le ressenti.
  • Pas besoin d’avoir peur du ridicule, c’est un jeu ! Donc, rions !
  • Remplir la feuille, des limites et des envies. Cette feuille m’énervait dans « Cinquante nuances », mais à tout son intérêt quand je lis l’explication de l’éducatrice ! Le fait de remplir cette feuille (chacun pour soi) donne des idées et des envies de différentes pratiques, puis le fait d’échanger ensemble (blessure et envies) ouvre un espace de dialogue, un rapprochement du couple (ou des partenaires sexuels). Il n’y a de loin pas que des pratiques hard (fisting, fouet…)mais on peut aussi ajouter la caresse à la plume d’oiseau, le glaçon…
  • Les deux remplissent la feuille (chacun pour soi) et partagent (ensemble) leur feuille, celui qui se sent plutôt dominateur n’a pas le droit de se débiner ;-)
  • Créer l’envie et le désir ! La caresse est primordiale, puis les petites frappent (si c’est cela le jeu choisi) ! Les plus grandes frappes seulement pour plus tard… et revenir sans cesse dans la douceur. Le but n’est pas de créer de la douleur, mais du plaisir ! Si le désir n’est pas là… cela ne marche pas ! Étape par étape et retour en arrière à volonté !
  • La fessée, le fouet toujours de haut en bas ! Le ballottement des fesses donne une sensation de massage bien plus agréable et érotique !
  • Il existe des « Bondages tapes », des bandes plastiques non collantes qui remplacent les cordes (et donc les nœuds !)
  • Se mettre d’accord sur un code pour arrêter qui ne soit ni « non » ni « stop », car ces termes peuvent être utilisés dans le plaisir... Le code utilisé est souvent « rouge ».
  • Ne jamais laisser la personne soumise seule !
  • La personne soumise contrôle aussi la situation.
  • Il ne faut pas se prendre au sérieux et créer de grande chose ! Et si on ne commençait pas une simple fellation avec un glaçon dans la bouche en attachant les mains de monsieur au barreau du lit !

Un exemple de questionnaire des désirs et limites à prendre avec recul et humour:

http://mehere.free.fr/alamut/2-bdsm/bdsm_checklist_francais.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Larry 09/04/2020 19:13

Je fais du BDSM depuis plus de 30 ans, et j'ai créé -il y a 3 ans- un site d'informations sur le BDSM : Univers-BDSM (https://univers-bdsm.info).
Actuellement, mon site comprend 93 articles, soit environ 686 page imprimées.

Je pense donc pouvoir dire que le BDSM je connais « un peu » et que je suis raisonnablement qualifié pour commenter... ^^

➜ Ce texte de blog est intéressant, il contient pour ainsi dire tous les préjugés et mythes classiques qu'on trouve habituellement chez les débutant-e-s ;-)

Soyons clairs : c'est parfaitement NORMAL ! Même moi (qui ai un fort esprit critique), j'avais des préjugés et des idées fausses quand j'ai débuté. Personne ne peut dire ne pas en avoir eu à ses débuts. En fait, je suis surpris quand je rencontre des gens qui débutent (ou qui s'intéressent simplement au sujet) et qui n'ont PAS la majorité de ces idées fausses, même des personnes expérimentées les ont le plus souvent...

Répondre en détails à toutes les questions posées par le texte de ce blog demanderait des DIZAINES de pages... Je vais donc devoir rester sobre, par contre, j'ajouterai des liens vers des articles de mon site quand ceux-ci sont sur le sujet. Malheureusement, sur mon site je ne traite pas TOUS les sujets abordés (évidemment), mais il y a déjà pas mal de choses à lire.

J'ai même écrit une série entière (11 articles, soit 113 pages) pour répondre aux questions classiques qu'on se pose quand on débute : « Comment bien débuter en BDSM ».

➜ https://univers-bdsm.info/zones/debutants/comment-bien-debuter-en-bdsm


Trois points importants avant que je reprenne l'article d'origine avec mes commentaires :

- Sur mon site je lutte fortement contre les mythes et préjugés du BDSM : de façon surprenante, les personnes qui font du BDSM ont le plus souvent des croyances bizarres...
- Il y a énormément d'élitisme et de dogmatisme dans le BDSM, c'en est perturbant. Beaucoup de gens ont une vision super étroite de ce que « devrait être le BDSM » et tentent (avec virulence) de l'imposer aux autres,
- Il n'y a pas UN BDSM, mais DES BDSM. Il est très important de garder ça en tête et surtout, de ne PAS généraliser. Il n'y a pour ainsi dire rien de commun à tout le monde dans le BDSM (à part le consentement), les opinions sont très variées (souvent opposées), sur tous les sujets. Bref, un des pièges majeurs est donc croire (ou de dire) qu'il n'y a que « ci ou ça » qui est vrai. Et le terme TOUJOURS est donc à bannir ;-)

==============

Passons à mes réponses à chaque point abordé dans le blog :

> J’ai lu « Cinquante nuances de Grey » et cela me dérange aussi. [...]

« 50 nuances » est une des pires représentations du BDSM qui soit... En fait, il n'y a presque rien de BDSM là-dedans, la relation entre les personnages est horriblement ABUSIVE et le comportement de Grey est totalement à l'opposé du comportement normal attendu (en général) chez un dominant. En plus, l'auteure des livres pense que les gens qui font du BDSM sont des malades mentaux (!), et ça se sent VRAIMENT dans l'histoire.

Pour plus de détails, lire ma critique du premier livre ici :

➜ https://univers-bdsm.info/zones/analyses-critiques/livres/50-nuances-de-grey/50-nuances-de-grey-1re-partie-notre-analyse


> Dans le livre de « La révolution du plaisir féminin » de Élisa Brune [...]

Malheureusement, je n'ai pas lu ce livre. Mais même sans lire le chapitre en question (sur le BDSM), je suis d'avance certain que les classiques mythes du BDSM y étaient présentés. Parce que dans TOUS les articles de présentation du BDSM je trouve des affirmations absurdes, fausses, des mythes et souvent un -désagréable- élitisme forcené. Après des années de lecture d'écrits en tout genre, je connais la musique, hélas...

Pour une présentation des mythes majeurs :

➜ https://univers-bdsm.info/zones/debutants/comment-bien-debuter-en-bdsm/comment-bien-debuter-en-bdsm-les-bases-mythes-et-prejuges
➜ https://univers-bdsm.info/zones/bdsm-en-general/mythes-et-prejuges/mythes-prejuges-1re-partie-vision-du-grand-public


> C’est clairement un jeu, il y a un début et une fin.

Aïe, on commence fort !

Alors, le problème ici c'est que la notion de « play » (et « player ») n'est pas identique à la notion de « jeu » en France, il y a une (importante selon moi) différence culturelle. Et du coup, on trouve plein de personnes en France qui s'excitent parce qu'ils et elles associe la notion de « jeu » avec un contexte d'enfants qui jouent, alors que pour eux et elles, le BDSM doit être « pris au sérieux ».

Ce manque de compréhension (et de tolérance) due à des différences culturelles crée plein de problèmes, sur les forums on voit des gens être super agressifs, intolérants et violents verbalement dès que le mot est utilisé...

Il ne faut pas oublier aussi que tout dépend des personnes : si pour certain-e-s le BDSM c'est « sérieux », pour d'autres personnes, ce n'est qu'une activité parmi d'autres quand on est au lit.


> Il est important de tester les deux, soumis et dominateur, même si on a une préférence pour l’un ou pour l’autre. C’est important de comprendre le ressenti.

Non. Ce n'est absolument pas obligatoire, et pour certaines personnes ça n'a pas de sens : il y a des gens qui ne sont simplement pas capables d'être soumis-e ou dominant-e (et il n'y a rien de mal à ça), et essayer de l'être peut leur donner de mauvaises expériences, se forcer à faire quelque chose qu'on n'aime pas peut avoir un effet négatif toxique important.

Par contre, ce que je recommande/suggère aux dominants qui font du SM, c'est de faire au moins un petit essai, histoire de mieux se rendre compte de ce que ça fait par exemple de recevoir un coup de fouet ou de l'électrostimulation.


> Pas besoin d’avoir peur du ridicule, c’est un jeu ! Donc, rions !

La raison pour laquelle beaucoup de gens trouvent le BDSM (ou certaines pratiques) « ridicules » est surtout qu'ils et elles ont de gros préjugés sur le sexe (au sens large).

Ce qui est bien (acceptable) ou mal au lit reste, de façon étonnante, très étroit : dès qu'on sort des trucs les plus basiques, c'est « pervers ». Même chez les « jeunes », les préjugés et jugements de valeur négatifs sont encore très présents. Il y a encore beaucoup de progrès à faire sur ce sujet...

Pour donner un point de comparaison : quand j'étais jeune, regarder des dessins animés était mal vu (à part chez les plus petits), les choses ont changé, maintenant ce n'est -souvent- plus vu comme mal/ridicule/honteux.


> Toujours remplir la feuille, des limites et des envies. Cette feuille m’énervait dans « Cinquante nuances », mais à tout son intérêt quand je lis l’explication de l’éducatrice !

Non : attention, le mot « toujours » est incorrect.

Les listes de pratiques ont leur intérêt (perso, je suis pour), et sont assez utilisées (de différentes façons), mais ne sont pas obligatoires et souvent juste remplacées par une discussion (orale).

Remarque : certaines personnes (surtout des femmes dominantes) présentent les listes comme le « mal absolu », ce qui est absurde. Certaines personnes s'en servent mal, ça ne veut pas dire qu'on doive les supprimer !


> Le fait de remplir cette feuille (chacun pour soi) donne des idées et des envies de différentes pratiques, puis le fait d’échanger ensemble (blessure et envies) ouvre un espace de dialogue, un rapprochement du couple (ou des partenaires sexuels).

Oui. C'est très juste : c'est bien là leur intérêt en effet.


> Il n’y a de loin pas que des pratiques hard (fisting, fouet…)mais on peut aussi ajouter la caresse à la plume d’oiseau, le glaçon…

Oui, c'est un point important en effet...


> Les deux remplissent la feuille (chacun pour soi) et partagent (ensemble) leur feuille, celui qui se sent plutôt dominateur n’a pas le droit de se débiner ;-)

LOL :-)


> Créer toujours l’envie et le désir ! La caresse est primordiale, puis les petites frappent (si c’est cela le jeu choisi) ! Les plus grandes frappes seulement pour plus tard… et revenir sans cesse dans la douceur. Le but n’est pas de créer de la douleur, mais du plaisir ! Si le désir n’est pas là… cela ne marche pas ! Étape par étape et retour en arrière à volonté !

Non, même problème encore : il ne faut pas dire « toujours ».

Ça dépend des personnes, des goûts, des situations et des contextes. Selon le type de pratiques BDSM qu'on a, les goûts et l'expérience qu'on peut avoir, les choses peuvent être vraiment très différentes, attention à ne pas juger avec un seul point de vue.

L'opposition douleur/plaisir n'est pas non plus si simple. Le but peut très bien être de créer de la douleur, surtout pour les gens qui font du SM « hard ». Il faut d'ailleurs noter que le BDSM n'est pas que la douleur, très loin de là, certaines pratiques (nombreuses) ne sont en rien douloureuses.


> La fessée, le fouet toujours de haut en bas ! Le ballottement des fesses donne une sensation de massage bien plus agréable et érotique !

Mmmmh. Je n'avais jamais entendu ou lu ça avant, ça me paraît un peu bizarre.


> Il existe des « Bondages tapes », des bandes plastiques non collantes qui remplacent les cordes (et donc les nœuds !)

Oui. Et ça marche très bien d'ailleurs. MAis ça ne remplace pas exactement les cordes : la sensation est totalement différente et leur usage est bien plus restreint (basique).


> Toujours se mettre d’accord sur un code pour arrêter qui ne soit ni « non » ni « stop », car ces termes peuvent être utilisés dans le plaisir... Le code utilisé est souvent « rouge ».

NON.

Attention, ici nous touchons à un des MYTHES majeurs du BDSM, et qui peut être très dangereux, surtout quand on débute.

Les « mots d'arrêt » sont toujours vendus comme indispensables, alors que c'est totalement FAUX ! Ils n'ont de sens que quand on veut faire du CNC (consual non-consent), c'est-à-dire des pratiques où dire « non » ou « stop » sera ignoré (et remplacé par le mot d'arrêt), et même là ils ne sont pas une panacée. La plupart des gens ne font pas ça, et quand on débute c'est la recette assurée pour aller à la catastrophe !

Le sujet est si vital que j'y ai consacré un article entier :

➜ https://univers-bdsm.info/zones/debutants/mots-darret-safewords-pourquoi-pour-qui-quand-sen-servir


> Ne jamais laisser la personne soumise seule !

Non, ici c'est « ne pas laisser la personne soumise ATTACHÉE seule ». Nuance :-)

Parce qu'être attaché-e peut être dangereux effectivement. Et encore, il faut nuancer : on n'attache pas toujours avec des cordes (Shibari) ou des menottes en cuir dont il est impossible de se libérer, j'ai des menottes dont on peut aisément se débarrasser seul-e si nécessaire.


> La personne soumise contrôle la situation

Argh.

Un des points les plus durs à expliquer et sur lequel il y a beaucoup d'incompréhension et de controverses, car les gens ne comprennent pas la même chose !
C'est un des sujets qui provoquent le plus de réponse agressives et extrémistes (par manque de nuance et de tolérance).

Quand on dit ça, ce qu'on veut VRAIMENT dire c'est que la personne soumise fixe des limites. En ce sens, effectivement, elle contrôle (limite) les choses. Mais, même dit comme ça, c'est une vision trop étroite car la personne qui domine a, ELLE AUSSI, des limites (on oublie trop souvent de le dire) !

La raison pour laquelle ce sujet fait enrager moulte personnes (souvent intolérantes) c'est que l'idée de soumission implique qu'il y ait une « obéissance » à la personne qui domine. C'est le but de la chose. Donc, si la personne soumise disait sans arrêt : « je veux faire ci , je veux faire ça, fais-moi ci, fais-moi ça », ça ruinerait l'idée de base d'être soumis ou soumise. Mais évidemment, être soumis-e ne veut pas non plus dire qu'on doive TOUT ACCEPTER... De plus, s'il y a des gens qui veulent fonctionner ainsi (la personne soumise qui guide), c'est leur droit ! Personne ne peut imposer sa vision perso du BDSM aux autres, mais ça, c'est pas une notion acceptée par tout le monde, hélas.


> Il ne faut pas se prendre au sérieux et créer de grande chose ! Et si on ne commençait pas une simple fellation avec un glaçon dans la bouche en attachant les mains de monsieur au barreau du lit !

Moui, on peut le voir comme ça, effectivement. Après, chacun-e ses goûts et idées...

===

Voilà, j'espère avoir réussi à présenter, préciser et démythifier les choses, d'une façon raisonnablement claire, malgré la brièveté de mes réponses.


Un dernier truc, qui pourrait être intéressant : la plupart des personnes qui s'interrogent sur le BDSM, ou qui voudraient en faire, ne savent pas vraiment comment ça se passe EN VRAI (comparé au porno par exemple).

J'ai donc récemment ajouté des articles qui présentent des exemples de rencontres BDSM, basés des vrais évènements (un peu romancés bien sûr) et de vraies personnes, et qui illustrent comment une rencontre BDSM peut se passer (actuellement il y a 2 exemples) :

➜ Ludd & Uki, la 1ère rencontre ( https://univers-bdsm.info/zones/interviews-reportages/exemples-de-rencontres-bdsm/exemple-de-rencontre-bdsm-01 )
➜ Ludd & Suzie, l'initiation ( https://univers-bdsm.info/zones/interviews-reportages/exemples-de-rencontres-bdsm/exemple-de-rencontre-bdsm-02 )

Amicalement.
Larry.

Rachel Monnat 13/04/2020 09:19

Merci Larry pour ce complément détaillé!
Finalement il n'y a pas de règles... mais chacun doit se sentir bien là où il est... c'est le plus important!

Louise 22/03/2019 09:51

Je lis cet articles plusieurs années après qu'il a été écris mais je voulais réagir malgré tout. Je pratique le BDSM depuis près de 15 ans et votre article est affligeant. La liste que vous avez donné m'a bien fait rire cela dit, avec vos "toujours" et vos "jamais" à répétition.... Et non, le BDSM n'est pas un jeu. En fait, ce qui ressort de votre article c'est que vous n'avez absolument rien compris à ce qu'est le BDSM.

Rachel Monnat 31/03/2020 16:55

Alors donnez-moi votre définition du BDSM... comme ça je pourrai comprendre votre point de vue...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents