Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rachel Monnat / Accrosens

Rachel Monnat / Accrosens

Parler simplement de vie, de sexualité


Les gens choisissent ce qu'ils choisissent parce qu'ils le choisissent

Publié par Rachel Monnat sur 18 Octobre 2020, 13:45pm

Catégories : #liberté, #la vie, #spiritualité

Christian Lloveras

Christian Lloveras

J’aime répéter cette phrase qui permet de remettre chaque individu au cœur de sa vie ; et donc, de se mettre soi-même dans la sienne.

Ces temps-ci, le discours que j’entends le plus autour de moi, ce n’est même pas la peur d’attraper la fameuse maladie, mais la peur de la transmettre à une personne vulnérable. Les serveurs sont aussi très anxieux de ne pas faire le bon traçage d’arrivée et de départ et d’être responsables d’une propagation du virus…

Dans notre monde actuel (et encore plus ces derniers temps), on met l’accent de notre vie sur la peur de transmettre, sur la culpabilité d’avoir transmis, comme si on vivait une loterie entre la chance et la malchance… Cela m’interpelle…

Pourquoi chacun ne se tiendrait-il pas responsable de sa propre vie ? Pourquoi ne mettrons-nous pas en avant la responsabilité de chacun ?

Une personne même vulnérable ne va pas forcément attraper un virus même en contact étroit avec celui-ci, une personne vulnérable ne va pas forcément mourir si elle attrape le virus et elle n’ira peut-être même pas à l’hôpital. Les sept décès dans le canton du Jura, ont tous décidé de ne pas être intubés, ils ont fait le choix de ne pas recevoir d’acharnement thérapeutique, ayant d’autres pathologies ; ils étaient prêts.

Dans notre société, on semble être soit victime, soit coupable d’avoir été le bourreau involontaire… mais on semble oublier de vivre pour soi…

Plus on a peur, plus on risque d’aller dans ce sens, car l’énergie va dans ce sens. Le cerveau mémorise et assimile les pensées qu’on lui donne et il ne comprend pas la négation.
Si on dit « J’ai peur d’être malade », il comprend « être malade ». Il ne comprend pas : « J’ai envie d’être en pleine santé ».

Il vaut mieux dire : « Je suis en pleine santé », même si ce n’est pas la réalité à 100%, le corps l’aura assimilé et ira dans ce sens, dans cette énergie.

Rien de notre vie n’est un hasard, tout ce qui se passe dans notre vie, est là pour évoluer, pour se remettre en question pour aller de l’avant…

À nous de le tourner en positif, si on désire être plus heureux… tout est une question de choix !
Ce qu’on inculque dans notre cerveau aujourd'hui sera la réalité de notre lendemain…

Se mettre en état de victime empêche d’agir, de faire des choix puisqu’on a décidé que les autres agissaient sur nous.
Se mettre en état de culpabilité nourrit notre remords en jugeant notre acte de « mauvais » et nous projette dans le passé et nous empêche de choisir et d’avancer…

Qu’on soit « victime » ou « coupable », on annule le choix, on annule d’être l’acteur de sa vie.

Et si on était tous acteurs de notre propre vie ? Si on faisait des choix pour avancer, si on se mettait au cœur de sa vie ? Si on était responsable personnellement de tout ce qui nous arrive ?

Chacun choisit sa vie à travers les aléas... et elle ira dans ce sens malgré les aléas. Décider de se sentir « victime » ou « coupable » s’est aussi un choix ! Et on peut aussi décider de le changer…

A nous de choisir...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents