Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rachel Monnat / Accrosens

Rachel Monnat / Accrosens

Parler simplement de vie, de sexualité


Le plastique dans la mer limpide

Publié par Rachel Monnat sur 26 Août 2018, 11:43am

Catégories : #Au naturel, #la vie

Le plastique dans la mer limpide

Lors de mon voyage, sur un voilier à trois mâts, depuis les Açores jusqu’en Norvège, durant 20 jours, nous avions parmi nous un scientifique. Il y était présent depuis le Cap Town (Afrique du Sud) effectuant des recherches sur le plastique, tout le long de la traversée de l’océan Atlantique.
Tous les deux jours, il mettait à l’eau un chalut — du nom de Samantha — qui filtrait l’eau et permettait de pêcher le plastique. Le chalut avait une ouverture d’environ 1 mètre carré, il était mis à l’eau durant une heure, quand on naviguait entre 4 et 5 nœuds environ. Ensuite, le chercheur récoltait, comptait, répertoriait par grandeur le plastique avant qu’il soit envoyé et analysé au laboratoire ultérieurement. 

Samantha, le chalut

Samantha, le chalut

Dans cette eau translucide, si belle et limpide, au milieu de nulle part, loin des humains, il y avait environ 200 bouts de plastique à chaque échantillon ! Nous-mêmes pouvions en observer d’environ 10 cm, en regardant la mer depuis le bateau et que nous annotions quand on était de vigie. Mais cette eau filtrée par le chalut durant une heure ramassait une quantité impressionnante de petits bouts de plastique de 1, 2, 3 ou 5 millimètres de diamètres, des morceaux comptabilisés à l’aide de brucelles. Je n’avais pas imaginé cela quand on parlait de la pollution de l’océan par le plastique… c’était là sous mes yeux… tous ces minuscules bouts avalés par les poissons et les animaux marins !

Lors des exposés de notre collègue scientifique, il nous a fait remarquer qu’en plus de ce plastique visible à l’œil nu d’un millimètre de diamètre, il y a aussi celui qui est invisible à l’œil nu, le microplastique issu des produits de lessive, des produits de douche, de la crème solaire ou encore dans des habits en nylon, en acrylique, qui, en les lavant, envoie des particules de plastique dans l’évacuation des eaux.  Nous sommes donc envahis de plastique.

Avant d’embarquer à bord du voilier, je désirais déjà vouloir m’approcher du « zéro déchet ». Mais depuis que j’ai remis les pieds à terre, je suis devenue presque allergique au plastique ! Je le vois partout ! On achète le moindre objet, majoritairement fait de plastique, emballé dans des gros emballages plastiques qui n’ont strictement aucune utilité. Certains plastiques sont, soi-disant « meilleurs », car on peut le recycler, comme le PET. Mais quand je vois autour de moi, le nombre de bouteilles en PET qui s’accumule… Quand je vois les poubelles à Paris, où, il y a, soi-disant la poubelle dite recyclable où on mélange dans celle-ci autant le plastique, le verre, le papier et l’aluminium… Comment peut-on recycler cette surconsommation ?
Je crois qu’il faut se rendre à l’évidence, on n’arrive pas à suivre… une minorité de notre plastique est recyclé… acheter une bouteille en PET, c’est « une bouteille à la mer »… et… ce n’est plus, malheureusement, celle en verre contenant un message mystérieux à l’intérieur…

Depuis, je n’ai jamais autant vu de déchets traîner le long des routes. On dirait, qu’à part quelques personnes, il n’y a pas de prise de conscience et que l’on vivra bientôt dans une seule et unique poubelle.

Il faudrait arrêter d’acheter, acheter uniquement l’essentiel, faire ses boissons soi-même, ses limonades (aux graines Kéfir, par exemple), ses tisanes ou ne boire que de l’eau.

Comme le dit bien ce dicton trouvé au musée du pétrole, à Stavanger, en Norvège :

Le plastique dans la mer limpide

Peut-être qu’on s’y mettra, quand on aura plus le choix !

En attendant, l’équipage de « L’Europa » a été sensibilisé. Et nous apprenons, sur le réseau social de notre bateau, que l’un d’entre nous, Gallois, étant allé se promener en forêt dans son pays, n’a pu s’empêcher de ramasser le plastique qu’il trouvait.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents